En vrac #1 – Triton

Dans cette nouvelle série de vidéos, je souhaite aborder différents thèmes sans forcément rentrer dans un travail trop méticuleux.

Malgré tout, les éventuelles notes de blogs associées seront, quant à elles, comme à l’accoutumée.

Dans le .pdf qui suit, je résume en quelques points la question de la substitution tritonique. Sous ce terme légèrement barbare se trouve en réalité une trouvaille harmonique tout à fait fabuleuse, qui va enrichir grandement vos solos. Les grands maîtres du be-bop l’ont beaucoup utilisé et développé.

Cette cadence a la double particularité de sonner parfois un peu « out » et d’être pourtant complétement fluide avec le mouvement harmonique du passage où on la place. Cet effet vient notamment du fait d’utiliser le 2ème degré mineur 7 avec le V substitué afin de créer un ii-V. En effet, dans l’arpège du ii se trouve la 7ème majeure de l’accord de dominante d’origine ! (voir point 4. du pdf). Je trouve très intéressant de pouvoir faire sonner un mouvement V-I en jouant une 7ème majeure sur ce même V degré !

Remarquez également la similarité dans la construction des voicings (point 2. du pdf). L’interchangeabilité de ces accords est fantastique pour trouver de nouveaux sons. Remarquez également que moins vous altérez un accord, plus son opposé (triton) sera, lui, altéré. (C9 devient F#7b13 par exemple…)

Il existe également une correspondance des gammes entre ces deux accords de dominante. (point 5. du pdf). En effet, la gamme mineure mélodique contient deux accords de dominante situés à un triton d’intervalle, le IV et le VII degré. Substituer un accord altéré (par exemple F#7alt) par son triton nous fera jouer C13. Nous pouvons alors tout à fait jouer C13#11, et nous aurons exactement les mêmes notes que F#7alt.

De nombreux rapprochements comme ceux-ci peuvent se faire en analysant ce genre de cadence. On s’aperçoit rapidement des liens harmoniques qui se créent à force de travail et du développement de nos connaissances musicales. Il est intéressant de visualiser les différentes tonalités autour d’un cercle et de remarquer que les tonalités opposées sont séparés d’un triton. Une espèce de logique et d’équilibre imparable existe au sein même du système musical.

 

 

 

Ci-dessous le .pdf de Bird Lives, le blues de McLean  dont je parle dans la vidéo. Un bel exemple de substitution tritonique avant le Bb7 !

 

 

Auteur : Florent Gac

Pianiste et organiste de jazz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s